animaux animaux

animaux

La Fondation s\'engage contre les pièges tuants






Destinés à capturer des « nuisibles », les pièges tuent - sans distinction - des espèces protégées et même nos animaux domestiques ! La Fondation 30 Millions d’Amis, en partenariat avec l’ASPAS, réclame leur interdiction.

Pour réguler les populations dites de « nuisibles », les autorités et les chasseurs ont recours à des méthodes souvent synonymes de grandes souffrances pour les animaux et régulièrement dénoncées par les organisations de protection animale : empoisonnements, tirs et piégeages. L\'Association pour la Protection des animaux Sauvages (ASPAS) estime que des milliers d’animaux - toutes espèces confondues - sont ainsi tués chaque année par ce seul et dernier procédé. Sans compter les animaux pris au piège mais non tués sur le coup, cruellement blessés et parfois mutilés. Des faits qui se déroulent malheureusement « quotidiennement, dans nos campagnes » estime Madline Reynaud, directrice de l’ASPAS.

Ces pièges, dotés d’appât, attirent non seulement les « nuisibles » mais également de très nombreuses espèces sauvages de morphologie similaire, sans distinction. Les animaux sont saisis au collet et finalement étranglés. Des jeunes, moins expérimentés et donc moins méfiants que les adultes, sont également fréquemment piégés. « Genettes, chats forestiers, blaireaux, hérissons, castors d’Europe, loutres, hérissons... La liste des victimes collatérales est très longue » estime Madline Reynaud. Une technique qui porte atteinte à des populations déjà vulnérables sur le sol français, comme celle du vison d’Europe, en dépit de leur statut d’espèces protégées.

Mais ces appâts attirent également des chiens et des chats dans leurs mâchoires tueuses. « On ne peut alors les libérer sans une pince spéciale, et il n’est pas rare de voir l’animal agoniser sous les yeux de son maître... Certains propriétaires ont même dû euthanasier leur animal ! » témoigne Madline Reynaud. L\'emploi de cages (notre photo) - à l\'origine non dangereuses - a aussi été remarqué : « Ce type de piège n\'est souvent pas relevé règlementairement, c\'est-à-dire tous les matins, donc un animal non blessé peut y mourir de faim ou de chaud... sans parler du stress énorme causé à le fermeture de la cage » poursuit-elle.

En France, la plupart de ces méthodes sont légales et accessibles à tout un chacun dès l’âge de 16 ans, après une formation de deux jours et l’obtention d’un agrément. « Cela permet à de nombreux chasseurs de tuer des animaux en dehors des périodes légales de chasse », dénonce Madline Reynaud. Quant à l’absence de contrôle et de verbalisation dénoncée par les organismes de protection animale, elle pourrait être à l’origine de l’utilisation encore très largement répandue aujourd’hui des pièges à mâchoires pourvus de dents, pourtant interdits depuis plus de 20 ans !

La Fondation 30 Millions d’Amis, farouchement opposée au piégeage - quelle que soit l’espèce visée - participe à la campagne d’information* lancée par l\'ASPAS. Une pétition est également accessible à tous.

Source : Fondation 30 millions d\'amis

26/12/2012



Marquer et partager

Dans la même thématique

animaux
animaux   25 Juillet 2012

Les chats de l’île de la Réunion en danger !

One Voice a reçu un appel au secours de la part des défenseurs des animaux de la Réunion suite à la découverte de deux chats, un hameçon accroché dans la gueule… De nombreux autres sont encore en danger. Maltraitance, cruauté ou négligence des pêcheurs, cette affaire rappelle le triste sort qui attend nos compagnons outre-mer.

            animaux

animaux   25 Juillet 2012

Chasse aux trophées : de la polémique au scandale

L’accident de Juan Carlos au cours d’une chasse à l’éléphant au début de l’année a relancé la polémique de la chasse aux trophées, pratiquée dans certains pays d’Afrique, sous couvert de gestion des populations.

            animaux

animaux